Objet ambiant

D’après une étude réalisée par Gartner et l’Idate, en 2020 le nombre d’objets connectés en circulation dans le monde se situe entre 50 et 80 milliards. Ce nombre vertigineux comprend entre autres les smartphones, les montres connectées. Parmi ces objets, progressivement nous pouvons voir apparaître des objets connectés d’une nouvelle génération, les objets ambiants. 

Qu’est-ce que c’est ?

Un objet ambiant fait partie de la famille des systèmes d’information ambiants (ambient displays). C’est un objet qui diffuse de l’information, de manière indirecte, non sollicitante à la personne. Par indirecte, nous voulons dire que l’information sera à la périphérie de notre attention. Nous y sommes donc sensibles implicitement sans traiter l’information directement de manière explicite. C’est le principe essentiel de la technologie calme décrite par Weiser et Brown en 1997 (Calm Technology) qui suggère que l’affichage des informations devraient se déplacer facilement de la périphérie de notre attention vers le centre, et inversement. Comme exemples, nous pouvons citer l’enseigne lumineuse avec l’inscription « on air » qui s’allume au-dessus de la porte des studios d’enregistrement quand un enregistrement est en cours et s’éteint quand il est terminé, l’information est transmise sans nous distraire ou nous perturber dans ce que nous étions en train de faire.    

De plus, les systèmes d’information ambiants sont des objets connectés qui transmettent l’information à travers des modifications subtiles dans l’environnement de la personne (par exemple, des objets décoratifs, du son ou de la lumière ambiante). Ces affichages ont pour but de se fondre harmonieusement dans un environnement physique, où divers objets quotidiens sont transformés en une interface entre les personnes et les informations numériques. Par exemple, dans certaines maisons connectées, l’intensité lumineuse et l’allumage de l’éclairage varie en fonction de la luminosité naturelle. Le fait que l’éclairage s’allume nous indique qu’il commence à se faire tard sans nous distraire.

Pourquoi ?

Ce mode de diffusion de l’information permet de moins distraire la personne en ne dispersant pas son attention. Il demande alors des efforts minimes de la part de l’utilisateur tout en fournissant de l’information.  Ainsi au lieu d’imposer une information à la personne avec des notifications perturbantes comme pourrait le faire un smartphone ou une montre connectée, c’est cette dernière qui va aller la chercher quand elle en aura besoin.

Lorsque l’information diffusée est un guide de respiration (dispositif de respiration rythmée périphérique), il a été démontré que les personnes vont progressivement se synchroniser avec le guide et finalement respirer au même rythme que le guide. Cela alors même que les personnes sont concentrées sur une autre tâche qui requiert toute leur attention. (Morajevi et al 2011).

D’où cela vient-il ?

D’une part, les objets ambiants sont issus du concept d’informatique ubiquitaire (UbiComp, ubiquitous computing) imaginé par Weiser en 1991. L’informatique ubiquitaire a pour but de rendre accessible toutes sortes de services, n’importe où, tout en masquant l’ordinateur (nouveau paradigme d’interface homme machine où les ordinateurs se retrouvent invisibles en arrière-plan). Ainsi, l’utilisateur, n’ayant plus les contraintes d’utilisation d’un ordinateur (être assis devant un clavier, un écran, etc…) retrouve sa liberté d’action, sa liberté de mouvement.

D’autre part, cette idée d’un mode d’affichage de l’information périphérique plus intégré dans l’environnement de la personne renvoie à la notion de dispositif écologique. Cela veut dire que c’est un dispositif qui respecte l’environnement dans lequel la personne évolue dans le sens où sa présence ne doit pas ou peu le modifier en s’y intégrant ainsi très facilement.

Quelques lectures :

Moraveji, N., Olson, B. et al. Peripheral paced respiration : influencing user physiology during information work.
UIST ’11: Proceedings of the 24th annual ACM symposium on User interface software and technology October 2011 Pages 423–428
https://doi.org/10.1145/2047196.2047250
https://dl.acm.org/doi/abs/10.1145/2047196.2047250 

Weiser, M., Seely Brown, J. Designing Calm Technology. PowerGrid Journal, 1996.
http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.135.9788&rep=rep1&type=pdf

Yu, B., Hu, J., Funk, M. et al. DeLight: biofeedback through ambient light for stress intervention and relaxation assistance. Pers Ubiquit Comput 22, 787–805 (2018).
https://doi.org/10.1007/s00779-018-1141-6 
https://link.springer.com/article/10.1007/s00779-018-1141-6

Vogel, D. Balakrishnan. Interactive public ambient displays : transitioning from implicit to explicit, public to personal, interaction with multiple users.
UIST ’04: Proceedings of the 17th annual ACM symposium on User interface software and technology October 2004 Pages 137–146
https://doi.org/10.1145/1029632.1029656
http://www.dgp.toronto.edu/~ravin/papers/uist2004_ambient.pdf